Accueil dictionnaire
 Recherche dans le dictionnaire
 Recherche dans les lexiques
 Recherche dans les textes
 Aide à l'édition de texte
 Espace rédacteurs
 Portail ATILF
 Lien permanent du DMF :
 http://www.atilf.fr/dmf
C.N.R.S.
 
Dictionnaire du Moyen Français (1330-1500)

Article complet 
FamilleStructureSans exempleCompletFormesExemplesLexiquesTextesSourcesImpressionAide
AMIRAL FEW XIX amir
AMIRAL, subst. masc.
[T-L, GD, GDC : amiral ; FEW XIX, 4b-5a : amir ; TLF II, 777b : amiral]

A. -

"Commandant, chef militaire chez les peuples musulmans" : Riche compagnie sieuoit Qu'a son estat monlt bien duisoit De filz de contes et de roys, Dont estoit nobles ses conrois. Luy sieuoient ly vavassour Et amiraut et aumachour (Renart contref. R.L., t.1, 1328-1342, 183). La ville fut troublee environ et en lés, Puis fut par la roÿne ung bans fais et crïés Que tous roys, admiraulx et soudant et cassés Qui pour le tournoy fere estoient ens entrés, Vuidassent maintenant et logassent es prés, La estorassent loges cil qui n'avoient trefz, Et que se nulz estranges y estoit point trouvés, Que trestout maintenant lui soit le chef coupés. (Tristan Nant. S., c.1350, 616). Adonc Ernault oÿ qu'on fait si fier assault, A la fenestre vint a guise d'amirault (Hern. Beaul. D.B., c.1350-1400, 6). Li soudans estoit en un lit Basset, bien paré pour delit ; Et à sa destre coste estoient Deux grans amiraus qui tenoient Chascuns une hache en sa main. (MACH., P. Alex., p.1369, 195). Lors, quant ly admiraulx, qui estoit maistre de l'artillerie, vit la desconfiture tourner sur paiens, si fist gecter hors de la grant nef une petite galleote a VIIJ. runs, et y entra, o lui de ses plus privez environ XX., et prindrent l'avanture du vent. (ARRAS, c.1392-1393, 129). ...lequel admiral avoit esté envoyez par le Soudam, lui cinquantiesme de chevalliers, pour iceulx robeurs prendre et destruire et en faire justice (Voy. Jérus., c.1395, 75). Ung frere avoit cil Marsilh, qui fut nommé Baligant, qui estoit roy de Bures, qui joindoit au royaulme de Saragosse, qui avoit cités en son regne : Bures, Ventoile, Capaire, et tant de chasteaux et de borch que c'estoit sans nombre, ou il avoit amachour, admirail. (JEAN D'OUTREM., Myr. histors G., a.1400, 94). Leurs ducs et tous leurs admiraulx Et tous princes a eulx paraulx (...) Sont la (CHR. PIZ., M.F., I, 1400-1403, 131). Puis fiert ung admiral qui tenoit Montgranier Que mort l'a abatu de son courant destrier. (Galien D.B., c.1400-1500, 55).

B. -

MAR.

 

1.

[En France] "Officier de la Couronne, membre de la Chambre du roi, chef suprême de la flotte du roi de France, ayant autorité (au civil et au criminel) sur les flottes et armées de mer et sur les côtes" : Pour l'estat dudit monseigneur Loys du 13e jour de mars l'an 340 qu'il fu establi admirail jusques au 28 de decembre qu'il se desmit dudit office, par 291 jours au fuer de 3000 livres par an (Clos galées Rouen M.-C., t.2, 1341-1342, 29). Si nous a humblement supplié ledit Martin Masse, que comme durant ledit temps du bannissement il a souffer moult de poines et de travails et grant povreté, et nous ait aucune foiz servi en la mer en la compaignie de nostre amé et feal admiraut, et encore ait grant volenté de nous servir... (PHIL. VI VALOIS, Doc. paris. V., t.2, 1347, 290). Il [le roi] commanda tantost à faire Par son amirail une armée Si grant et si bien estofée Com faire porra bonnement. (MACH., P. Alex., p.1369, 201). ...environ la mi-aoust eut un an, il estoit passés en Engleterre en la compaignie de mons. l'amiral, avec plusieurs autres seigneurs ; et dist que là il fu pris des Englès (Reg. crim. Chât., I, 1389-1392, 382). Et au regard des armées et entreprinses qui se feront par ladicte mer, nostredit Admiral demeurera en icelles armées Chef, ainsi qu'il appartient à sondit Office, et comme nostre Lieutenant général ès choses touchantes et dépendantes du fait de ladite guerre par la mer, aura toute cognoissance et Jurisdiction luy et ses Lieutenans, et en sera obéy par tous les lieux, Places et Villes de nostre Royaume, et en icelles pourra tenir et faire tenir toute sa Jurisdiction, prendre prisons et faire justice, si besoin est, pour ce que nul autre n'en cognoist, ne doit cognoistre. (Ordonn. rois Fr. S., t.8, 1400, 644). ...les connestable, marchaus, admiral et maistre des arbalestriers, desquelz sera faicte mencion ou fait de la guerre (JUV. URS., Nescio, 1445, 513). Après furent les autres ducs et contes, ainsi que aller devoient par ordre en leur pairie, puis les évesques et les prélas, le chancelier de France assis aux piés du roy, puis tous ceux du parlement en leur lieu député et tout ce qui en dépendoit, maistres des requestes, advocats, secrétaires, multitude de haulx et nobles barons en leur renc aussi, comme les deux marissaulx de France, l'amiral, le grant séneschal de Normandie (CHASTELL., Chron. K., t.3, c.1456-1471, 477). ...et ilec, sur la coste de la mer, fist aussi arriver et avitailler sa nef, la nef monseigneur l'admiral la nef de Colon et autres plusieurs beaulx navires (ROYE, Chron. scand., I, 1460-1483, 244).

 

-

[Employé comme titre]

 

.

[Suivi d'un nom propre] : Ne le croyez pas de tout ce qu'il vous dira. Car c'est ung tel menteur que ce jouvenceau qui fut à l'amiral de Bueil. (BUEIL, I, 1461-1466, 219).

 

.

[Dans les formules d'adresse, directement ou précédé d'un nom honorifique] : Messeigneurs, dit le conte, que vous semble-il qu'il est à faire en ceste matière ? Dictes nous en quelque chose, monseigneur l'Admiral ; vous n'en avez encores point parlé. (BUEIL, I, 1461-1466, 184). Mareschal, dit le conte de Parvanchières, vous savez le païz ; mettez vous devant demain avec voz quarante lances, messeigneurs les Mareschaulx aprez vous o toute leur avant-garde, le Maistre des arbalestriers sur la main dextre o tout le traict, et l'arrière-garde aprez la bataille. Et vous, Admiral, nous serons en la bataille, vous et moy. (BUEIL, I, 1461-1466, 188). Admiral, j'ay receu voz lettres, et pour ce que je vous verré bien toust, je me tays touchant le vent de Bretaigne. (Lettres Louis XI, V., t.2, 1462, 46).

 

-

Amiral de France : ...avons esté advertis par la griefve et piteuse complainte de plusieurs notables Marchans tant de nostre Royaume comme de noz Alliez, que irréparables maux, meurdres et pilleries et cruels maléfices se font et sont faicts chacun jour sur la mer, tant et principalement par aucuns qui soubs ombre de nostre grace, ont mis et mettent sus navires de guerre, et les amplient et fournissent de gens de petite valeur, qui pour eux enrichir, sont la plus part d'iceux abandonnez à tout mal, et de leger enclins de commettre lesdicts meurdres et larrecins sur nosdits Subjects ; et en ce faisant, sont soustenus et portez, ou au moins favorisez et receus par ceux qui ainsi les ont mis sus, pour le profit qu'ils y attendent, mesmement par aucuns legers Lieutenans particuliers de nostre Admiral de France, par faveurs et dons à eux faits par lesdits preneurs, et pour faire bon le dixièsme de nostredit Admiral (Ordonn. rois Fr. S., t.8, 1400, 640). Carle Grimaus, amiral de France (FROISS., Chron. D., p.1400, 306). Sur laquelle nostre supplicacion et requeste eust esté ordené par mondit seigneur le Roy et son conseil, que son admiral de France et aucuns de sondit conseil se transportaissent en sa cité de Tournay à certain et compétent jour (Ch. VI, D., t.1, 1407, 303). ...le seigneur de Bueil, amiral de France (CHASTELL., Chron. K., t.3, c.1456-1471, 381). Et eut conseil avecques le conte du Maine et le grant senechal de Normandye, qui s'appelloit de Breszé, et l'admiral de France (COMM., I, 1489-1491, 21). ...predist la douloureuse desconfiture des François, qui fut l'an mil IIIcLXXXXVI, où il mourut plus de cent mil chrestiens sans les prisonniers, entre lesquelz fut le duc de Bourgongne et le conte de Nevers et le admiral de France. (SIMON DE PHARES, Astrol., c.1494-1498, f° 145 v°).

 

.

Office d'amiral de France : Ce mesme jour, messire Charles de Lens fu receu en l'office de admiral de France ou lieu de messire Robert de Braquemont, et fist le serement acoustumé. (FAUQ., I, 1417-1420, 134). ...le roy luy avoit osté l'office d'amiral de France pour le donner au seigneur de Montaubam (LE CLERC, Interp. Roye, c.1502, 176).

 

-

Amiral de la mer : ...auquel nous donnons povoir, auctorité et mandement especial du dit clos garder et des diz navire, abillemens et apparaux prendre et recevoir de quelconques personnes qui les aient en garde, ou pour nous servir en la mer, et d'iceulz garder et gouverner, d'en acheter autres et d'en faire faire de neufs (...) et d'en faire fere et acheter autres nouvelles touteffois qu'il en sera besoing, par l'ordenance et commandement de noz [amez] et feaulx les generaux consellhers sur les ordenees aides pour noz guerres ou de nostre amé et feal chambelan Jehan de Vienne, nostre admiral de la mer, ou autres que a ce deputerons (Clos galées Rouen M.-C., t.2, 1374, 158). Johan de Bruges, chevaucheur, envoié porter lettres du Roy, de Paris à Rouen, à messire Johan de Vienne, admiral de la mer. (Comptes hôtel rois Fr. D.-A., 1383, 218). ...messire Renaut de Trie, admiral de la mer (BAYE, I, 1400-1410, 66).

 

.

Amiral en la mer : Le Baudrain de la Heuse, admirail en la mer... (Clos galées Rouen M.-C., t.2, 1359, 149).

 

-

Amiral du roi : L'amirail du roy et Nicolas Behuchet a Thomas Fouquez, garde du clos des galiez du dit seigneur ou a son lieu tenant, salut. (Clos galées Rouen M.-C., t.2, 1340, 16).

 

Rem. V. vice-amiral.

 

2.

[En Angleterre] "Chef suprême de la flotte, ayant autorité (au civil et au criminel) sur les flottes et armées de mer" : ...le sire de Berkeley, admiralle, par male enformacion et faulx suggestion d'un Johan Cacoce, son deputé a cel temps, et d'aultres ses officers pour lour singulier profite detient le dit craier ovesque son batelle come forfaitz (Lettres agn. L., p.1412, 39).

 

-

Amiral de la mer : ...Bahuces fu pris en vie ; et pour tant que il avoit esté tousjours fors lerres et roberes sus la mer, li amirauls de la mer d'Engleterre le fist sachier amont a une polie et pendre a .I. mas et estrangler. (FROISS., Chron. D., p.1400, 408). Et estoit li contes de Warwich amirauls de la mer, de par les Englois (FROISS., Chron. D., p.1400, 884).

 

Rem. Cf. OED I, 119a.

 

3.

P. métaph. [Du Christ] : ...en nef faite de l'umaine faiture Vint l'admiral de vraie deité Pour sauver toute humaine creature (Mir. Barl. Josaph., c.1363, 301).

 

Rem. FEW XIX, 5a ne signale que tardivement la forme avec d épenthétique (d'abord isolément en 1305, puis à nouv. à partir de 1462) ; en fait, cette forme est bien répandue à partir de la 2e moit. du XIVe s.
 

Synthèse Edmonde Papin
[AND : admiral]